Licques : Les 4C et l’EPAC mettent à jour un dépôt illégal de matériaux amiantés

Alertées par des habitant·e·s de Licques que la mairie avait procédé, sur un chemin de randonnée, à un épandage de morceaux de plaques de fibrociment (amiante) en dehors de toute procédure normale, nos deux associations de protection de l’environnement, EPAC (Environnement et PAtrimoines du Calaisis) et les 4C (Citoyennes et Citoyens du Calaisis pour le Climat) ont mis en demeure il y a deux semaines la maire de Licques de leur donner des explications en réponse au courrier envoyé, ce qu’elle n’a pas fait à ce jour. Les conséquences de cet épandage sur la voie publique sont graves, non seulement pour l’environnement, mais aussi pour la santé des personnes ayant cassé et manipulé sans protection ces plaques. La mairie reconnaît néanmoins implicitement la faute puisque, depuis notre courrier, elle a procédé au barriérage du chemin et en a interdit l’accès par arrêté, et depuis hier, une entreprise de désamiantage procède au nettoyage du chemin pour plusieurs jours. Personne ne pourra croire à l’ignorance de l’autorité municipale concernant la présence d’amiante dans ces plaques anciennes, présence que les riverains ont fait confirmer par une analyse en laboratoire. Pourquoi ne pas avoir fait dès le départ les choses dans les règles ? Sans l’intervention citoyenne relayée par nos deux associations, rien n’aurait été connu. Redisons-le, les habitant·e·s du Calaisis ne doivent pas hésiter à nous saisir lorsqu’un problème se pose. De telles pratiques doivent être portées à la connaissance du public. La presse a été informée, les autorités environnementales vont l’être…

Commentez et partagez cette publication sur Facebook

Raso-rama à Coquelles, ou la politique de la terre brûlée et du mépris des habitants du Calaisis

Cette lettre ouverte a été envoyé par courrier au préfet du Pas-de-Calais et aux élus de l’agglomération Grand Calais Terres & Mers.

Après Calais, Coquelles. Les « autorités » continuent les abattages systématiques d’arbres, arbustes et bosquets naturels simplement parce que, faute d’une politique d’accueil digne, des centaines d’exilés tentent de s’y abriter. La préfecture, soutenue par des élus, les déloge, et rase les bois ou sous-bois où ils étaient. Une politique de la Terre Brûlée, stupide, nauséabonde, indigne des enjeux majeurs du XXIème siècle que sont le changement climatique et la solidarité, et qui mobilise sans la moindre efficacité des millions d’euros chaque année.

  • Une politique qui précarise toujours davantage le quotidien de personnes exilés ;
  • Une politique qui par ricochet, et pour rien, dégrade durablement le cadre de vie naturel dont les habitant·e·s auraient bien besoin en ce moment ;
  • Une politique qui méprise le vivant, humains comme plantations ;
  • Une politique où l’État et des collectivités locales tournent le dos à leurs propres obligations et engagements en matière de lutte contre le changement climatique, de préservation de l’environnement et de la biodiversité, en détruisant par exemple ces haies vives pendant la période de nidification, ou en ne compensant pas ces destructions par des plantations.

Des services de l’État et des collectivités locales qui n’hésitent pas à habiller d’enjeux de protection, d’ordre public ou encore de propreté les actions qu’ils commettent. Lorsque Coquelles achète un terrain dans l’unique but d’en expulser les migrants qui l’occupent pacifiquement, ça en dit long sur la notion de bien public. Les coquellois apprécieront peut-être cette utilisation de l’argent public.

Continuer la lecture de « Raso-rama à Coquelles, ou la politique de la terre brûlée et du mépris des habitants du Calaisis »

220 personnes ont marché pour une vraie loi climat

Le 28 mars 2021 a eu lieu le retour du mouvement climat dans la rue à Calais et dans toute la France. Un mouvement intergénérationnel et engagé qui ne lâchera rien jusqu’à ce que des mesures nationales et territoriales ambitieuses soient prises. Notamment en mai si la loi climat n’est pas à la hauteur.

Marche pour une Vraie Loi Climat, un Vrai Plan Climat

À l’occasion de l’appel des 19 et 20 mars 2021, lancé par le mouvement Youth For Climate, les Citoyennes et Citoyens du Calaisis pour le Climat (Les 4C) interpellent une nouvelle fois les élu·e·s de Grand Calais Terres et Mers sur le Plan Climat Air Énergie Territorial. Le 28 mars, à la veille de l’entrée du texte de loi à l’Assemblée Nationale, ils appellent à une mobilisation générale des citoyen·ne·s et des élu·e·s du Calaisis pour exiger une politique territoriale et une loi climat à la hauteur de l’urgence écologique que nous vivons.

Aujourd’hui, la détresse de la jeunesse est immense face la crise écologique et sanitaire, face à l’actuelle loi Climat, parfait exemple de l’« écologie » de façade. Désarroi, solitude et désespoir, voilà à quoi se résume en France et sur notre territoire le quotidien de milliers d’étudiant·es, de lycéen·ne·s, d’apprenti·e·s, ou de jeunes travailleur·se·s. Depuis des mois, voyant leurs repères d’avant, leur modèle de société stoppé et compromis pour l’avenir, beaucoup sombrent dans la précarité et leur équilibre physique et psychique se détériore. Déjà, avant la crise sanitaire, la situation était grave, aujourd’hui elle devient alarmante.

Continuer la lecture de « Marche pour une Vraie Loi Climat, un Vrai Plan Climat »

Le Développement Durable à Calais et Grand Calais Terres & Mers : une politique du pompon de manège et du greenwashing !

Le Développement Durable définit comment organiser la ville en prenant en compte la protection des générations futures. C’est un concept déjà largement dépassé par rapport à la situation dramatique que nous connaissons. Mais le « greenwashing », c’est pire ! Malheureusement, notre territoire en fait bon usage !

Les rapports de Développement Durable devraient s’attarder sur les actions réellement mises en place pendant les deux dernières années, avec une évaluation permettant aux élus de définir les orientations politiques et les choix budgétaires dans ce domaine pour les deux années à venir. Tel n’est pas le cas.

Télécharger le rapport 2019-2020 de la ville de Calais (3,5 Mo). Consulter les précédents rapports de la ville de Calais et de l’agglomération Grand Calais Terres & Mers.

La ville et l’agglomération ne proposant pas de vision politique globale permettant de rendre leurs actions cohérentes entre elles pour leur donner le sens écologique primordial qu’il faudrait, le développement durable se traduit pour elles par un catalogue d’actions sans fil sans fil conducteur ni suite, dont certaines fantaisistes par rapport à la thématique.

En réalité, notre territoire aujourd’hui sérieusement menacé par le changement climatique, en est encore à l’écologie des pots de fleurs et de l’économie d’impression papier.

Continuer la lecture de « Le Développement Durable à Calais et Grand Calais Terres & Mers : une politique du pompon de manège et du greenwashing ! »

Calais Log Invest : nous demandons des mesures compensatoires et un projet de territoire plus économe en consommation d’espaces agricoles et naturels sensibles

Le texte reproduit ci-dessous a été envoyé par courrier à la Présidente de l’agglomération Grand Calais Terres & Mers et au Préfet du Pas-de-Calais.

Objet : Recours gracieux à propos du permis de construire de Calais Log Invest
En pièce-jointe : Demandes détaillées

Madame la Présidente, Monsieur le Préfet,

Le permis de construire de la société « Calais Log Invest », déposé fin 2019 en mairie de Calais, porte sur 10 hectares de bâtiments, 16 hectares d’imperméabilisation sur un total de 20 hectares en zone agricole humide, pour l’accueil d’un trafic routier supplémentaire de 550 camions et 600 véhicules légers par jour sur notre territoire.

Actuellement, à travers le Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) du Calaisis ce sont près de 450 ha de terres agricoles qui seront supprimées pour l’extension de l’urbanisation, soit environ l’équivalent de sept exploitations agricoles sur une quinzaine d’années. La commune de Calais après cette consommation n’en comptera plus que 200 ha sur un territoire de 3350 ha soit 6 % de la surface communale.

Compte tenu des risques accrus au vu de l’accélération du changement climatique, notre association considère que ces consommations excessives de terres doivent cesser, ou a minima, ne peuvent être envisagées sans assurer concrètement sur le Calaisis les compensations agricoles et environnementales prévues par la loi sur l’eau, le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) Artois Picardie et la loi d’avenir pour l’agriculture du 13 octobre 2014.

Que ce soit dans le cadre des autorisations de construire, urbanisme et loi sur l’eau, ou celui du contrôle de légalité préfectoral portant sur ces autorisations, nous demandons la mise en œuvre effective et rapide de ces mesures compensatoires.

Continuer la lecture de « Calais Log Invest : nous demandons des mesures compensatoires et un projet de territoire plus économe en consommation d’espaces agricoles et naturels sensibles »

Courrier aux décideurs du Calaisis à propos du Plan Climat, du Projet Alimentaire Territorial et du développement de la collaboration intercommunale

Le texte reproduit ci-dessous a été envoyé par courrier à la Présidente de l’agglomération Grand Calais Terres & Mers. Des copies, adaptées aux différent⋅e⋅s destinataires, ont également été transmises au Président de la Région Hauts-de-France, au Président de la communauté de communes du Pays d’Opale, à la Présidente de la communauté de communes de la Région d’Audruicq, au Directeur général de Getlink et au Directeur général de la Société des Ports du Détroit.

Objet : Avancement du Plan Climat Air Énergie Territorial / propositions d’actions / Pays du Calaisis

Madame la Présidente,

Comme vous le savez l’association Citoyennes et Citoyens du Calaisis pour le Climat a déjà interpellé notre agglomération sur l’état d’avancement, la participation de tous les citoyens et acteurs locaux au Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) en cours d’élaboration pour notre agglomération.

Nos correspondances du 20 juin 2020 concernant plus particulièrement ce PCAET, et du 27 juillet 2020 concernant l’action de plan de boisement intercommunal, partie intégrante de ce PCAET, sont cependant demeurées, jusqu’à aujourd’hui, sans réponse.

Pourtant, comme nous le disions alors et comme vous le savez, la crise sanitaire actuelle sonne de plus en plus comme un ultime avertissement face à la crise climatique en cours : le « jour d’après » doit être celui d’une lutte renforcée commune et urgente pour le climat, pour la planète, pour notre avenir et celui des générations futures.

À l’échelle territoriale, les actions que nous pourrons engager collectivement à travers ce Plan Climat Air Énergie Territorial de Grand Calais Terres & Mers seront primordiales pour la santé de nos concitoyens leurs emplois et le devenir de leur territoire.

Comptant toujours sur votre implication pour notre territoire et ses habitants, nous nous permettons de vous interpeller une nouvelle fois sur ces sujets restés sans réponse, en vous proposant à cette occasion, et à titre d’exemple, quelques pistes d’actions potentielles que nous souhaiterions voir engagées à travers ce futur plan climat territorial.

Continuer la lecture de « Courrier aux décideurs du Calaisis à propos du Plan Climat, du Projet Alimentaire Territorial et du développement de la collaboration intercommunale »

Rien, ou si peu, pour l’adaptation du territoire face au réchauffement climatique

En réponse aux vœux de la communauté d’agglomération de Grand Calais Terres & Mers, les vœux 2021 des Citoyennes et Citoyens du Calaisis pour le Climat (4C)

Grand Calais est l’un des premiers territoires menacé par le réchauffement climatique qui s’accélère, par les risques d’inondations et de pollution liés. Il mériterait d’être exemplaire et moteur en matière de lutte contre ce changement climatique qui le menace directement. Et cependant rien, ou si peu, dans le discours de Mme la Présidente sur cette question primordiale pour l’avenir de notre agglomération.

Seules les questions relevant des pistes cyclables et de la rénovation de l’éclairage public sont abordées : est-ce suffisant, réaliste et responsable pour l’avenir du Calaisis ? pour les emplois de demain tournés vers la production locale ? pour la résilience du territoire et de ses entreprises face à ces risques et ces enjeux ?

Pas un mot sur le Plan Climat Air Énergie Territorial en cours de discussion. Et pourtant travailler pour l’amélioration de notre environnement, de la qualité, de l’air, de l’eau, des sols, le maintien et le développement de la biodiversité, de l’agriculture et des énergies durables et locales, pour l’adaptation aux risques climatiques c’est l’avenir même du territoire, la santé et les emplois de demain qui sont en jeu.

Continuer la lecture de « Rien, ou si peu, pour l’adaptation du territoire face au réchauffement climatique »

Quand on veut tuer son arbre, on dit qu’il…

L’appauvrissement végétal de Calais continue avec la destruction du massif boisé autour du château d’eau quai du Rhin. Ce massacre, comme tous les autres depuis bien longtemps, est inacceptable. Cette fois, cela gênerait le projet de gare routière.

Difficile pour un arbre à Calais de survivre. Les bâtons mis dans ses racines sont multiples. Pourtant aucune de ces « raisons » n’est liée à l’arbre lui-même : il abrite des personnes exilées ? il gêne un projet urbain ? il fait de l’ombre ? il n’est pas « noble » ? On rase…

Après avoir planté dans la ville depuis cinquante ans du peuplier, arbre flexible adapté à nos régions venteuses, on découvre maintenant que son bois est tendre, qu’il a été mal planté, et qu’on l’a fragilisé en le taillant. Pas sympa pour les services « jardins » du passé, tout ça !

Continuer la lecture de « Quand on veut tuer son arbre, on dit qu’il… »

Courrier à l’Europe et à la France à propos de la politique aux frontières et du saccage de la biodiversité

Le texte reproduit ci-dessous est adressé à la Présidente de la Commission Européenne et au Président de la République Française. Une copie a également été transmise à la Présidente de l’agglomération Grand Calais Terres & Mers et au Préfet du Pas-de-Calais.

Objet : Politique aux frontières / Saccage des paysages et de la biodiversité du Calaisis

Madame la Présidente,
Monsieur le Président,

Stop au saccage de l’environnement et des paysages du Calaisis.

Trois mille mètres carrés d’arbres et d’arbustes situés devant l’hôpital de Calais viennent d’être détruits, un corridor écologique exceptionnel derrière le Fort Nieulay saccagé… simplement parce que des exilé⋅e⋅s tentent de s’y abriter.

D’autres opérations du même genre ont eu lieu précédemment: route de Gravelines, et autour d’Eurotunnel en 2015, où 6000 arbres ont été abattus.

Les paysages de notre territoire sont défigurés par la mise en place perpétuelle de murs, de grillages, de fils de fer barbelés le long des voies qui défigurent nos paysages et saccagent les modestes continuités écologiques qui demeurent sur un territoire déjà extrêmement fragmenté.

Tout cela pour la politique menée aux frontières entre l’Europe et le Royaume Uni.

Continuer la lecture de « Courrier à l’Europe et à la France à propos de la politique aux frontières et du saccage de la biodiversité »