Plan Climat, Contrat de Relance et de Transition Écologique, Conseil de développement, Pacte pour la Transition : nous demandons plus de transparence !

Le texte reproduit ci-dessous a été envoyé par courrier à la Présidente de l’agglomération Grand Calais Terres & Mers.

Objet : Concertation sur le Plan Climat Air Énergie Territorial, Contrat de Relance et de Transition Écologique, Conseil de développement de Grand Calais Terres & Mers, Pacte pour la Transition Écologique et Solidaire

Madame la Présidente,

Le Plan Climat Air Énergie Territorial est un document fondamental pour engager notre territoire dans sa contribution aux objectifs nationaux et européens de maintien du réchauffement de la planète en dessous de 1,5 °C / 2 °C, de neutralité carbone et d’arrêt de l’artificialisation à horizon 2050 . Notre territoire, Grand Calais Terres & Mers, est l’un des premiers menacés en Europe par les risques liés au dérèglement climatique. Il mériterait à cet égard d’être exemplaire et moteur dans cette démarche qui vise à assurer son avenir et celui de ses habitants.

Dans le cadre de la déclaration d’intention d’élaboration de ce Plan, qui arrive aujourd’hui à son stade de définition des actions, vous avez informé les citoyennes et citoyens de notre agglomération que le prestataire chargé de son élaboration proposait dans sa méthodologie des outils d’animation participatifs, notamment des ateliers de co-construction, des réunions publiques, des événements, une plate-forme collaborative, des appels à projets etc.

Par la présente nous vous demandons quand seront mis en place ces outils de concertation.

Continuer la lecture de « Plan Climat, Contrat de Relance et de Transition Écologique, Conseil de développement, Pacte pour la Transition : nous demandons plus de transparence ! »

Compte rendu de l’entrevue avec la sous-préfète de Calais

Les notes ci-dessous sont issues de l’entrevue avec la sous-préfète de Calais du 13 octobre 2021.

Déboisements liés à la gestion de la frontière

Association 4C : Demande d’arrêt des coupes systématiques de boisements.
Sous-préfecture : Rappel de l’état déplorable des lieux après leur occupation suite à cette politique aux frontières. Rien n’est récupérable. Après défrichement la nature reprend ses droits et c’est encore mieux. Ce n’est pas lié à la politique aux frontières mais à l’occupation des lieu.
Association 4C : Demande des résultats d’analyse de la végétation pouvant rester après nettoyage. Demande à ce que le nettoyage soit circonscrit aux zones atteintes, et non sur les parcelles entières. Les dégradations constatées sont la conséquence d’une présence humaine dont les besoins vitaux ne sont pas pris en compte. Quand on a des budgets spécifiques pour financer des murs et des barrières liés à la politique aux frontières on peut prévoir aussi des budgets spécifiques pour financer des arbres détruits par la politique aux frontières. Pour compensation des puits de carbone disparus, demande de compensation (50000 arbres en complément des programmes portés déjà par la région un peu plus de 17000 et les communes 1000/an) dans le cadre d’un volet spécifique des budgets de l’État alloués à l’agglomération.
Sous-préfecture : Invitation à venir voir nous même l’état de la végétation. L’État ne peut pas financer quelque chose qui n’est pas dans le projet de la collectivité, tel un plan de boisement qui ne figure pas au plan climat.

Futures actions potentielles des 4C : Demande d’analyse de ces boisements, même sur les zones à urbaniser qui n’ont pas de projet pour l’instant. Information de la collectivité de la possibilité dans le cadre de cette politique menée aux frontières et d’un éventuel plan de boisement de l’agglomération de demande de financement par l’État d’un volet spécifique « compensation puits de carbone politique aux frontières ».

Continuer la lecture de « Compte rendu de l’entrevue avec la sous-préfète de Calais »