Le Développement Durable à Calais et Grand Calais Terres & Mers : une politique du pompon de manège et du greenwashing !

Le Développement Durable définit comment organiser la ville en prenant en compte la protection des générations futures. C’est un concept déjà largement dépassé par rapport à la situation dramatique que nous connaissons. Mais le « greenwashing », c’est pire ! Malheureusement, notre territoire en fait bon usage !

Les rapports de Développement Durable devraient s’attarder sur les actions réellement mises en place pendant les deux dernières années, avec une évaluation permettant aux élus de définir les orientations politiques et les choix budgétaires dans ce domaine pour les deux années à venir. Tel n’est pas le cas.

Télécharger le rapport 2019-2020 de la ville de Calais (3,5 Mo). Consulter les précédents rapports de la ville de Calais et de l’agglomération Grand Calais Terres & Mers.

La ville et l’agglomération ne proposant pas de vision politique globale permettant de rendre leurs actions cohérentes entre elles pour leur donner le sens écologique primordial qu’il faudrait, le développement durable se traduit pour elles par un catalogue d’actions sans fil sans fil conducteur ni suite, dont certaines fantaisistes par rapport à la thématique.

En réalité, notre territoire aujourd’hui sérieusement menacé par le changement climatique, en est encore à l’écologie des pots de fleurs et de l’économie d’impression papier.

Continuer la lecture de « Le Développement Durable à Calais et Grand Calais Terres & Mers : une politique du pompon de manège et du greenwashing ! »

Calais Log Invest : nous demandons des mesures compensatoires et un projet de territoire plus économe en consommation d’espaces agricoles et naturels sensibles

Le texte reproduit ci-dessous a été envoyé par courrier à la Présidente de l’agglomération Grand Calais Terres & Mers et au Préfet du Pas-de-Calais.

Objet : Recours gracieux à propos du permis de construire de Calais Log Invest
En pièce-jointe : Demandes détaillées

Madame la Présidente, Monsieur le Préfet,

Le permis de construire de la société « Calais Log Invest », déposé fin 2019 en mairie de Calais, porte sur 10 hectares de bâtiments, 16 hectares d’imperméabilisation sur un total de 20 hectares en zone agricole humide, pour l’accueil d’un trafic routier supplémentaire de 550 camions et 600 véhicules légers par jour sur notre territoire.

Actuellement, à travers le Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) du Calaisis ce sont près de 450 ha de terres agricoles qui seront supprimées pour l’extension de l’urbanisation, soit environ l’équivalent de sept exploitations agricoles sur une quinzaine d’années. La commune de Calais après cette consommation n’en comptera plus que 200 ha sur un territoire de 3350 ha soit 6 % de la surface communale.

Compte tenu des risques accrus au vu de l’accélération du changement climatique, notre association considère que ces consommations excessives de terres doivent cesser, ou a minima, ne peuvent être envisagées sans assurer concrètement sur le Calaisis les compensations agricoles et environnementales prévues par la loi sur l’eau, le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) Artois Picardie et la loi d’avenir pour l’agriculture du 13 octobre 2014.

Que ce soit dans le cadre des autorisations de construire, urbanisme et loi sur l’eau, ou celui du contrôle de légalité préfectoral portant sur ces autorisations, nous demandons la mise en œuvre effective et rapide de ces mesures compensatoires.

Continuer la lecture de « Calais Log Invest : nous demandons des mesures compensatoires et un projet de territoire plus économe en consommation d’espaces agricoles et naturels sensibles »

Les premières réponses des candidat⋅e⋅s au Pacte pour la Transition lors du débat des élections municipales sur Wéo

Mardi 11 février, a eu lieu un débat télévisé entre six des sept candidat⋅e⋅s déclaré⋅e⋅s aux élections municipales à Calais. Il était diffusé par la chaîne de télévision régionale Wéo et était animé par Jean-Michel Lobry, PDG de Wéo, et Olivier Pecqueux, chef d’édition du journal régional La Voix du Nord à Calais. La rediffusion du débat est disponible sur le site de Wéo.

Les candidat⋅e⋅s présent⋅e⋅s étaient :

  • Natacha Bouchart (liste de la majorité sortante)
  • Françoise Millot (Lutte ouvrière)
  • Virginie Quénez (union de la gauche et des écologistes, liste Respirer Calais 2020)
  • Laurent Roussel (sans étiquette, liste Rassemblement des citoyens calaisiens)
  • Pierre Taverne (sans étiquette, liste Groupe d’Action Municipal)
  • Rudy Vercucque (ex-Rassemblement National, liste sans étiquette Avenir Commun)

Le candidat Marc de Fleurian (Rassemblement National, liste Calais pour vous) était absent, n’ayant pas souhaité participer au débat.

Parmi les trois sujets abordés lors de cette soirée et choisis par les organisateurs, le second était l’environnement et le « mieux-vivre ensemble » (à partir de 49 min). Pendant cette séquence, après l’énonciation de propositions par trois candidat⋅e⋅s, Olivier Pecqueux leur a rappelé qu’ils et elles avaient été sollicité⋅e⋅s par notre collectif Climat pour s’engager sur 10 mesures minimum du Pacte pour la Transition (à partir de 57 min 6 s). Plusieurs candidat⋅e⋅s ont ainsi répondu à cette demande.

Afin de rendre disponible et accessible le débat sur ce sujet qui nous intéresse et de conserver une trace de ces prises de positions, voici la transcription intégrale des 25 minutes d’échanges sur l’environnement et le « mieux-vivre ensemble ».

Continuer la lecture de « Les premières réponses des candidat⋅e⋅s au Pacte pour la Transition lors du débat des élections municipales sur Wéo »

Appel à créer une Université Populaire de la Transition Écologique et Solidaire

Agissons dès maintenant à Calais pour la transition ! Mettons nos savoirs en commun !

3 constats concernant la transition écologique :

  1. On doit changer au plus vite, on le sait. Presque personne ne le fait, bloqué.e.s pour plein de raisons : déni, paralysie, quoi et comment changer ? etc ;
  2. Il y a ceux qui font déjà : individuellement, collectivement, sans bruit, réfléchissent et agissent ;
  3. Les initiatives des uns ne profitent pas aux autres.

Notre plus grande force face aux enjeux climatiques sera de partager les savoirs que nous maîtrisons un peu, et d’en inventer d’autres par l’expérimentation et le partage… alimentation, déchets, protection de la biodiversité, du cadre de vie, éducation, déplacements, agriculture (jardins potagers), économie d’énergie etc.

Continuer la lecture de « Appel à créer une Université Populaire de la Transition Écologique et Solidaire »